Sur nos écrans : recherche multicritère

Retrouvez nos séances par date ou par village
- - - | |

Nos lieux de projection

St-Germain-de-Calberte

Salle polyvalente

La fille de son père

Sortie en : 2023

Durée : 01h31min

Genre : Comédie dramatique

Mention :

Origine : France (VF)

De : Erwan Le Duc

Avec : Nahuel Perez Biscayart, Céleste Brunnquell, Maud Wyler

Synopsis

Etienne a vingt ans à peine lorsqu'il tombe amoureux de Valérie, et guère plus lorsque naît leur fille Rosa. Le jour où Valérie les abandonne, Etienne choisit de ne pas en faire un drame. Etienne et Rosa se construisent une vie heureuse. Seize ans plus tard, alors que Rosa doit partir étudier et qu’il faut se séparer pour chacun vivre sa vie, le passé ressurgit.

Critique

C’est donc l’histoire d’un père qui va (devoir) laisser partir sa fille et d’une fille qui va (pouvoir) quitter son père. En creux, c’est l’histoire d’un amour disparu et d’une mère absente. Pour vivre avec – c’est-à-dire sans – Etienne et Rosa ont inventé une manière bien à eux de passer le temps et d’habiter le présent. De ne rien laisser paraître... Lorsque surgit l’instant d’accorder ses affects à la météo d’un événement imprévu, l’équilibre vacille. Erwan Le Duc (rappelez vous Perdrix et Sous contrôle) rend compte du dérèglement émotionnel / climatique avec des parti-pris formalistes, visuels comme sonores. Le récit devient flottant, moins déterminé par le verbe et la linéarité, et le spectateur éprouve le passage du répit à la fuite, du détachement à la mélancolie. Un film touchant, doux, sensible et beau, léger comme nuage de printemps.

Bande annonce



St-Germain-de-Calberte: sam. 02 mars à 20h30min

Goodbye Julia

Sortie en : 2023

Durée : 02h00min

Genre : Drame

Mention :

Origine : Soudan, Suède (VO)

De : Mohamed Kordofani

Avec : Eiman Yousif, Siran Riak, Nazar Goma

Synopsis

Une étrange amitié lie une riche soudanaise musulmane du Nord à une soudanaise chrétienne du Sud démunie après la mort de son mari. Que cache la sollicitude de l’une envers l’autre ? Prix de la Liberté - Un Certain Regard au Festival de Cannes 2023.

Critique

On reconnait un bon film à plusieurs ingrédients : 1. Une bonne histoire et dans le cas de "Goodbye Julia" elle touche au thème universel de l'autre et du vivre ensemble malgré les différences culturelles et religieuses. 2. Une toile de fond qui révèle une situation au monde et dans le cas du Soudan, le film est très pédagogique dans son explication de ce conflit qui s'est tenu loin de nos yeux et de nos médias. 3. Enfin un bon casting et ici on ne peut que saluer le choix des rôles principaux, un duo de comédiennes exceptionnelles Siran Riak et Eiman Yousif. Pour son premier film (et premier film Soudanais dans une compétition Cannoise), Mohamed Kordofani révèle sans juger la violence de deux communautés. De confession musulmane, le réalisateur (anciennement ingénieur) qui se dit "animé par un sentiment de culpabilité et un profond désir de réconciliation" est passé au cinéma pour essayer de se "débarrasser de ce racisme hérité". Hymne à la paix donc, Good bye Julia est une magnifique tragédie dont on sort paradoxalement le cœur léger !

Bande annonce



St-Germain-de-Calberte: sam. 23 mars à 20h30min

Les colons

Sortie en : 2023

Durée : 01h37min

Genre : Comédie dramatique

Mention :

Origine : Argentine, Chili, France (VO)

De : Felipe Galvez Haberle

Avec : Sam Spruell, Alfredo Castro, Mariano Llinás

Synopsis

Début du XXe siècle, les ranchs de moutons couvrent de plus en plus de territoires en Patagonie chilienne. Segundo, un métis chilien, MacLenan, un soldat anglais et Bill, un mercenaire américain, entreprennent une expédition à cheval pour récupérer les terres que l'Etat a concédées au propriétaire terrien espagnol José Menéndez. Mais Segundo découvre la volonté "civilisatrice" de ses dirigeants lorsqu'ils abattent une tribu d'Onas. Sélection Officielle - Un Certain Regard au Festival de Cannes 2023.

Critique

Dès les premières secondes du générique on est envahi par une sensation de grand cinéma qui va se confirmer magistralement. Tour à tour s’imposent un décor époustouflant, une BO qui nous cloue sur place dès les premières notes, un rythme lent et authentique auquel succèdent des accélérations surprenantes dans un style très particulier. C'est un western étrange et politique loin des clichés du genre. On se plaît à retrouver des saveurs de Deadman, Délivrance voir Les Bêtes du sud sauvage. La trame est obscure et simple à la fois, et le titre est sans équivoque : tout est question de colonisation. Elle est servie par des personnages âpres, complexes et nuancés dont les points de vue s’opposent avec habileté mais cohabitent parce qu’il n’y a pas d’alternative : violence, soumission, résilience, révolte, non-dit et langue de bois. Malgré la période lointaine, le film apporte un éclairage actuel sur cet étrange pays qu’est le Chili, qui s’étire, se perd et ne finit pas de se chercher. On devine que la nouvelle Constitution avortée l’année passée est très liée au propos. Mais le film résonne au-delà des problématiques chiliennes et peut se transposer partout en questionnant la politique, la domination, les cultures et le vivre ensemble. Bref tout un programme abordé sous un angle de cinéma brut et subtil. Un vrai coup de coeur qui, on l’espère, va rester dans les mémoires.

Bande annonce



St-Germain-de-Calberte: sam. 13 avril à 21h00min